AllianceANOM

Alliance Spirituelle contre le Nouvel Ordre Mondial


    Identification de l’Élite qui œuvre à la destruction de la France.

    Partagez
    avatar
    Plume
    Admin

    Messages : 24
    Date d'inscription : 02/12/2011
    Age : 59
    Localisation : Lyon

    Identification de l’Élite qui œuvre à la destruction de la France.

    Message  Plume le Jeu 16 Fév - 23:40

    Je propose l'ouverture d'un sujet dans lequel nous pourrions laisser des infos précises et référencées sur ceux qui dans l'ombre ou la lumière agissent clairement dans le sens d'une destruction planifiée de la société française, personnages totalement inféodés au système ultra-libéral et fervents promoteurs du Nouvel Ordre Mondial.

    Je vous propose pour commencer le cas de Denis Kessler.


    Denis Kessler




    Pour commencer, un article éloquent sur les visées de Kessler, article paru sur legrandsoir.info :

    Pour voir l'article dans son entier, rendez vous à cette adresse :
    http://www.legrandsoir.info/Programme-du-Conseil-national-de-la-Resistance.html
    L'article en question est remarquable car il reprend l'ensemble du programme du CNR (une version allégée et la version complète)

    Programme du Conseil national de la Résistance


    Denis Kessler est ou a été : maoïste, n°2 du MEDEF, Directeur général d’Axa, banquier, président de la fédération française des sociétés d’assurances, président du groupe de réassurance Scor, membre du Conseil économique et social, du Conseil national des assurances, du Comité européen des assurances, de la Commission des comptes de la nation.

    Dans un éditorial du journal « Challenge », le 4 octobre 2007, il écrit notamment :

    « … Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

    C’est à ce chantier que le pouvoir s’emploie avec constance, chaque ministre étant doté d’une masse à démolir déguisée en truelle pour bâtir l’avenir.

    Rédigé pendant la guerre (fin 1943 début 1944) par un éventail représentatif de la Résistance, le Programme du Conseil National de la Résistance est un programme de rénovation pour construire une vraie « démocratie sociale », avec une économie planifiée et la maîtrise par la Nation de grands secteurs industriels et des principaux moyens de production et d’échanges.

    Il allait permettre le redressement d’une France détruite et ruinée. Porteur d’espoir, d’enthousiasme, se référant comme jamais auparavant à la devise « Liberté, égalité, fraternité », il fut d’emblée une épine dans le pied d’un patronat apatride et égoïste.


    Biographie de Denis Kessler sur la wiki :

    Denis Kessler (né le 25 mars 1952 à Mulhouse), est un homme d'affaires français.

    Maoïste dans sa jeunesse, il a été vice-président du MEDEF. Il est actuellement le président du groupe Scor.


    Biographie

    Denis Kessler entre à l'École des hautes études commerciales (HEC Paris) en 1973 et étudie parallèlement à l'université. Il obtient ainsi en 1976 le diplôme de l'École des hautes études commerciales (HEC Paris), la maîtrise de sciences politiques, la maîtrise d'économie appliquée et la maîtrise de philosophie. Devenu professeur agrégé de sciences sociales en 1977 (1re année du concours), il obtient en 1978 le diplôme d'études approfondies de philosophie et le diplôme d'études approfondies de sciences économiques ; militant CFDT, il est ensuite détaché comme assistant de sciences économiques à Paris X auprès de Dominique Strauss-Kahn qui l'avait repéré lors de ses enseignements à HEC et rejoint le centre de recherche sur l'épargne. Nommé chargé de recherche du CNRS en 1986, il réussit le concours d'agrégation de sciences économiques en 1988 et est nommé professeur des universités à l'université Nancy-II. En 1990, il est nommé directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et démissionne en 1997. Il a rejoint en 1990 le secteur privé. Nommé Chevalier le 18 avril 2000 et promu Officier le 31 décembre 2009 (Ordre national de la Légion d'honneur).
    Prise de position[modifier]

    Il se prononce en faveur d'un démantèlement total du modèle social français, comme il l'a écrit dans un éditorial de Challenges en octobre 2007 : « Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme... A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !. (...) Cette "architecture" singulière a tenu tant bien que mal pendant plus d'un demi-siècle. Elle a même été renforcée en 1981, à contresens de l'histoire, par le programme commun. Pourtant, elle est à l'évidence complètement dépassée, inefficace, datée. Elle ne permet plus à notre pays de s'adapter aux nouvelles exigences économiques, sociales, internationales. (...) Il aura fallu attendre la chute du mur de Berlin, la quasi-disparition du parti communiste, la relégation de la CGT dans quelques places fortes, l'essoufflement asthmatique du Parti socialiste comme conditions nécessaires pour que l'on puisse envisager l'aggiornamento qui s'annonce. ».


    Carrière

    Actuellement :

    * Élu « Industry Personality of the Year 2008 » par le jury des « Worldwide Reinsurance Awards » à un dirigeant pour sa contribution au secteur de l'assurance et de la réassurance (3 septembre 2008).
    * Président du Cercle de l'Orchestre de Paris, à compter de juin 2008
    * Président du « Siècle » à compter de janvier 2008
    * Éditorialiste au magazine économique « Challenges » à compter d'octobre 2007
    * Président directeur général du groupe Scor (réassurance) depuis le 4 novembre 2002
    * Membre du Conseil économique et social depuis 1993
    * Membre du Conseil national des assurances
    * Membre de la Commission des comptes de la nation depuis 1994
    * Administrateur de BNP Paribas, Dexia, Bolloré, Dassault Aviation et INVESCO

    Auparavant :

    * Vice-président exécutif du MEDEF de 1998 à 2002
    * Président de la Commission économique du MEDEF, chargé des affaires économiques et internationales de 1994 à 1998
    * Membre du Comité européen des assurances de 1990 à 1997 et de 1998 à 2002
    * Président de la Fédération Française des Sociétés d'Assurances (FFSA), de 1990 à 1997 et de 1998 au 4 novembre 2002
    * Directeur général et membre du comité exécutif d'Axa en 1997 et 1998
    * Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1990
    * Professeur à l'Université de Nancy II en 1988
    * Chercheur au CNRS de 1976 à 1988
    * Administrateur de l'Union des banques à Paris et de L'Union des Assurances de Paris
    * Membre du Conseil national du crédit et Président de son Comité des usagers

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Kessler

      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 21:37